Page imprim�e le 29/05/2017, � partir du site CAUE de la Dordogne
© http://www.cauedordogne.com/

 JOURNEES DU PATRIMOINE TRADITION ET ACTUALITES...

                                  

 

                    

 

Tradition et actualité ! Comme chaque année, le CAUE de la Dordogne organise à l’occasion des
Journées Européennes du Patrimoine un parcours de découverte.
En accomplissant ainsi notre mission de sensibilisation dont le dessein est de rendre plus intelligible le
territoire que nous habitons, nous nous inscrivons opportunément dans le thème annuel de ces
Journées : « Les métiers du Patrimoine : des hommes et des femmes au service des biens culturels ».
Nous prolongeons donc cette année la réflexion sur l’archéologie industrielle en portant un regard élargi
sur les forges, hauts lieux industriels admis au rang de patrimoine, leur environnement, la forêt
en particulier…
Le sujet est sensible dans un département très boisé où ce tenant majeur du paysage est à la fois « un
milieu » qu’il faudrait protéger et « un gisement » qu’il faut exploiter.
Nous vous souhaitons un agréable parcours.

Gérard Duhamel
Architecte directeur du CAUE

À l’occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2007

Monsieur Jean-François Tallec                                                              Monsieur Bernard Cazeau
PRÉFET DE LA DORDOGNE                                                                                                    PRÉSIDENT DU CONSEIL GÉNÉRAL

                                                        Monsieur Didier Vignal
                                                                           PRÉSIDENT DU CAUE

ont le plaisir de vous convier au parcours « Forêt rêvée, forêts travaillées »
organisé par le CAUE de la Dordogne le samedi 15 septembre 2007 

 

 

                                                          Forge de Savignac-Lédrier


PROGRAMME

8h30 départ en car du CAUE 2 place Hoche Périgueux

9h45 accueil à la papeterie de Vaux, commune de Payzac
Petit-déjeuner et visite commentée par Pierre Thibaud, président de l’Association la Forme ronde.

11h15 accueil par Monsieur et Madame de la Héronnière, propriétaires du château de la Forge de
Savignac-Lédrier.

11h30 conférence «La forêt rêvée» par Emmanuel Prieur, paysagiste

12h15 conférence «La forge dévoreuse de forêt» par Ludovic Pizano, conservateur du Patrimoine au Conseil général de la Dordogne

13h discours officiels et repas servi au château de Savignac-Lédrier

15h visites à la carte de la forge de Savignac-Lédrier
- visite libre autour de la forge (sentier découverte et stations visuelles)
- visite accompagnée du site (inscription sur le coupon réponse)

16h30 retour en car à Périgueux

Participation aux frais 10 euros par personne
(moins de 18 ans et étudiants gratuits)

Inscription : 05 53 08 37 13 (CAUE 24)
>telecharger le bulletin d'inscription

Remerciements : M. et Mme de la Héronnière, l’Association la Forme ronde
Action menée avec le soutien financier du Conseil général de la Dordogne

 

 

Des projets pour rêver la forêt

De la lisière au bosquet, du mimesis à la Nature,
nous portons aujourd’hui bien des regards sur
l’espace forestier.

Dans les jardins: lieu d’évasion oisive, lieu utile,
le jardin est le «creusé» des interprétations de
l’espace forestier et le bosco, la Garenne,
ou autres bosquets et lisières sont des objets
majeurs de la dialectique «beau-nature».

Dans les sites : à plus grande échelle, l’espace
forestier structure le territoire. Reconnue, la forêt
est actuellement magnifiée. Elle marque
l’imaginaire, devient un espace à enjeu dans les
choix de développement et sa protection au titre
des sites impose une conservation inventive.

Dans la culture : les représentations que nous
avons de la forêt sont ancrées dans l’imaginaire
collectif. Elles s’appuient sur les mythes, l’histoire, les valeurs symboliques de l’arbre, la poésie.

Emmanuel Prieur
Paysagiste

 

Forêt dévorée ou forêt travaillée ?

Durant la période révolutionnaire,
l’accentuation des contentieux entre les
maîtres de forges, les communautés rurales et l’Etat autour de l’allocation des ressources
forestières témoignent de la place centrale
que  la forêt occupait dans l’économie rurale.

Loin d’être un espace neutre, la forêt est à
fois un lieu et  un moyen de production. Le
bois est au cœur d’une concurrence
exacerbée entre des usages domestiques et
des usages productifs en forte croissance.
Dans ce contexte de relative pénurie,
l’industrie sidérurgique est accusée de
dévorer la forêt. Mais dans le même temps
elle représente pour une région comme
Lanouaille un atout pour une communauté
rurale qui trouve dans le travail du fer un
complément à ses revenus agricoles. Quelles
sont les nuisances et les bienfaits des forges
sur l’exploitation de la forêt ?

Ludovic Pizano
Conservateur du Patrimoine au Conseil général
de la Dordogne